Opportunités en vue

Voir la vidéo sur youtube.com

Quand je vous le dis :
par Martine Montémont

 

 
« l n’y avait pas de réseaux sociaux à l’époque, mais le bouche à oreille fonctionnait à plein régime et les clairons portaient loin et tout autant de fake-news qui évoluaient déjà comme des traînées de poudre. Mais là, où l’on pouvait être en confiance, c’est quand tous les clochers en ce lundi 11 novembre 1918 ont annoncé la fin de la guerre en se répondant de villages en villages. Aux dires de ma grand-mère qui l’a raconté maintes et maintes fois les larmes aux yeux, le bruit en était divinement assourdissant. La guerre était finie ! Les services d’archives ont invité les particuliers à ressortir les souvenirs de leurs ancêtres, lettres, photos, cartes postales. Elles seront mieux dans les musées que dans les vides-greniers.. »

 


On a célébré 1914 et le début de la Grande Guerre. Au nom des traces qu’elle a laissé dans le monde entier et c’est justice...

Mais fêter la fin des hostilités, c’est encore mieux que fêter la victoire et on pourra assister à de nombreuses commémorations près des champs de batailles et à des expositions qui racontent forcément mieux que les livres scolaires qui ne s’y intéressent pas tant que ça.

Quand on sait, d’après une étude, relayée par Easy Voyage, qu’un Français sur cinq souhaite se rendre sur les lieux qui ont marqué la Grande Guerre, il y a de quoi faire.

L’Alsace, occupée, libérée, délivrée, occupée à nouveau est évidemment aux premières loges. « 1918 -1925 – Les Alsaciens. Paix sur le Rhin? » est une réalisation en 2 volets et présentée  jusqu’au 31 mars à Strasbourg et jusqu’au 21 décembre à Colmar.

Une exposition collective pour le Centenaire de l’Armistice de 1918 jusqu’au 18 novembre se tient dans le 20e à Paris et « À l’Est, la Guerre sans fin 1918-1923 » jusqu’au 20 janvier 2019 au Musée de l’Armée Invalides.

Et dans une itinérance, hors des sentiers battus par les officiels, on se souviendra que la Belgique était, au regard de l’envahisseur, sans frontière avec la France. « Au-delà de la Grande Guerre : 1918-1928 » au Musée royal de l’Armée et d’Histoire Militaire de Bruxelles est à voir jusqu’au 22 septembre 2019.

En même temps et dans un genre très différent c’est une exposition de Mathurin Méheut « Peintre de la Grande Guerre » au Musée Daubigny à Auvers-sur-Oise jusqu’au 3 mars 2019.

À l’occasion de la Sainte-Barbe, patronne des artilleurs et de tout ce qui fait parler la poudre, la cour d’honneur des Invalides sera le théâtre d’un spectacle historique les 8 et 9 décembre.

La Grande Guerre qui se termine officiellement par le traité de Versailles le 28 juin1919, déroule ses commémorations sur presque 2 années. Dans le même temps, et pour en finir une fois pour toutes avec ses illusions, on peut déjà passer directement à « Génération 40. Les Jeunes et la Guerre » qui va se tenir du 15 novembre au 26 mai 2019 au Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon. Vous aviez dit « Der des Der »?

 
 

Vous devez vous identifier pour pouvoir vous présenter gratuitement ici :  M'identifier