• LA SOIE EN PLEINE LUMIÈRE

    LA SOIE EN PLEINE LUMIÈRE

    Chaque année en novembre, les grands soyeux lyonnais soldent les restes de coupons (de taille souvent assez importante, on avait Lire la suite
  • MEUSE ENDORMEUSE ET LUMINEUSE

    MEUSE ENDORMEUSE ET LUMINEUSE

    La période du 11 novembre est propice pour se tourner vers la Meuse, ces lieux qui furent ravagés par les Lire la suite
  • CES PRISONS QUI NOUS HABITENT

    CES PRISONS QUI NOUS HABITENT

    Que tous les visiteurs qui s’imaginent qu’ils vont s’immerger dans le quotidien sordide des prisons en visitant l’exposition « Prison, au-delà Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
                   

Quand je vous le dis :

  • icon LA SOIE EN PLEINE LUMIÈRE
  • MEUSE ENDORMEUSE ET LUMINEUSE
  • CES PRISONS QUI NOUS HABITENT
« Le Festival de la Soie suit son chemin sur la Route de la Soie en choisissant Kyoto, la ville qui est située à son extrémité orientale comme invitée d’honneur. Ateliers kimonos, peinture sur soie, art floral japonais qui invitent au voyage. » Lire la suite
« Pour profiter des charmes de l’automne, on s’offre le "hygge" à la française au Moulin des Champs à Bonzée. Installé dans une ancienne scierie, il est flanqué de « la Pouilotte », une ferme bio que l’on peut aussi visiter. » Lire la suite
« Ce qui manque le plus aux détenus de Corbas dans la banlieue de Lyon, c’est la voix de Simone. Déplacés en banlieue de Lyon, les condamnés ont la nostalgie de cette voix qui annonce les départs et arrivées des trains à la gare de Perrache et qui leur donnait le Lire la suite
                   

 

Quand je vous le dis :
par Martine Montémont

 

 « En parcourant expos et collections permanentes, on fait une pause dans le petit salon en admirant les dernières acquisitions qui y sont exposées. Les amis du musée sont nombreux à être généreux de ce point de vue-là. Dans une vitrine, on pourra découvrir un exemplaire des « Fleurs du Mal » de Baudelaire illustré par Matisse. Aucun des deux musées Matisse n’en possède un. »

 


Après une expo sur la typographie à propos de laquelle, ils étaient nombreux à parier qu’elle n’aurait guère de succès et qui a fait mentir tout le monde, le Musée de l’Imprimerie et de la Communication graphique de Lyon s’attaque à ce langage des signes qu’est le logo avec une exposition « Attention Logo ! ».

En même temps, il est dans son rôle en creusant le sujet des caractères et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il existe un public que le sujet passionne. Les étudiants des écoles d’art et graphiques, mais pas que.

Nous sommes nombreux à avoir adoré dessiner des lettres avec des planches de transfert – les fameux Letraset – et avons été comblés par la quantité de police de caractères que proposaient les ordinateurs. Il en existe des milliers et, figurez-vous, il y a encore des gens, véritables « geek » de la typographie pour en inventer de nouveaux.

C’est de cela dont il est question au fil de l’exposition qui dure jusqu’au 11 février. Pour servir de modèle, le musée a décidé d’explorer son propre logo et balade le visiteur au travers de ses évolutions et de ses significations. Sans oublier de donner à voir des modèles du XVIe siècle toujours aussi inspirant.

Le long des trames et des grisés, le logo danse et joue aux devinettes. À demi dissimulé, on le reconnaît. Pour certains archi connus, il y en a une partie qui est toujours cachée. On pense à celui du magazine ELLE. Deux « E », un bout de « L » sous la photo de couverture et le cerveau fait le reste !

Bienvenue dans notre nouvel écosystème 2018 :  M'inscrire M'inscrire PointsPoints  Connection Connexion (+3Pts/J)
Pour 1 Point, lire cet article avec ses liens, géolocaliser, voir les vidéos et vous placer en commentaire...

Pin It