Opportunités en vue

 

Quand je vous le dis :
par Martine Montémont

 

 
« Ce qui est intéressant dans la politique actuelle des musées, c’est que les expositions s’attachent à concerner tous les publics. Le haut niveau scientifique est ici manifeste, mais les enfants et les familles peuvent être intéressés et se sentir concernés par une riche scénographie et des projections vidéo passionnantes. »

 


Après l’Australie, c’est à Nîmes, au musée de la Romanité que l’exposition « Pompéi, un récit oublié »  s’installe...

Accès Visiteurs Inscrits (+1Point de visibilité), à la Version Rich-Media de l'article.

Pompéi, ville prospère et martyre n’a pas fini de fasciner les hommes. Visite incontournable pour qui part à la rencontre de Naples. On frissonne devant la vie quotidienne des habitants pétrifiée par l’éruption du Vésuve qui observe la baie avec l’air de n’avoir pas dit son dernier mot. Faisant fi des installations touristiques qui permettent de s’approcher au plus près du cratère.

L’exposition, qui dure jusqu'au 6 octobre, a ceci d’original qu’elle présente le sujet avec le regard de Pline l’Ancien. Homme de lettres, mais aussi amiral de la flotte romaine qui assiste à l’éruption depuis la base navale de Misène en ce 24 août 79.

Il met alors 12 navires à l’eau pour tenter de permettre aux habitants de fuir par la mer alors même que le monstre crache le feu.

C’est ainsi que l’on découvre plus de 250 objets archéologiques recueillis à Pompéi et Herculanum et prêtés par les grands musées italiens. Pour restituer au mieux le regard de Pline l’Ancien, témoin direct du drame, une scénographie riche en reconstitutions, décors et dispositifs multimédias interactifs renforce l’expérience immersive.

L’étude du passé constitue autant de défis scientifiques qui nous font avancer. Datée au 24 août, l’éruption se serait en fait produite le 24 octobre. La découverte d’amphores contenant du vin fraîchement pressé, des noix et des figues et des pièces de monnaie frappées en septembre découvertes à l’occasion de nouvelles fouilles corroborent les manuscrits de Pline qui datent l’éruption en automne.

Vous devez vous identifier pour pouvoir vous présenter gratuitement ici :  M'identifier