Opportunités en vue

 

Quand je vous le dis :
par Martine Montémont

 

 
« Alors que triomphe la cuisine fusion et autres originalités (quelque fois éblouissantes et d’autres fois moins…), 9 chefs de l’Oise avec l’aide de l’historien Jean-Yves Bonnard ont lancé « Menus 14-18 » élaborés avec les ingrédients que l’on trouvait autrefois. Ils seront proposés à la carte des établissements entre juin et décembre. Chicorée, fayots, panais et même « singe ». Attention, il ne s’agit pas de nourriture de pénurie en temps de guerre, mais de ce qui régalait les gourmands de l’époque, les officiers et les invités des communions. La blanquette de veau et le pâté en croûte ont survécu, mais un tiers des ingrédients de l’époque ont aujourd’hui disparu.. »

 


Terre d’artistes avec la petite ville d’Auvers-sur-Oise chère aux Impressionnistes et où les frères Van Gogh sont enterrés, l’Oise est aussi un lieu de mémoire majeur...

   Accès Visiteurs Identifiés, à la Version Enrichie de l'article TOUTES LES MÉMOIRES DE L’OISE

On y commémore les 100 ans de la Grande Guerre au Mémorial de l’ArmisticeLien actif dans la version « Visiteurs Inscrits » de l'article. M'inscrire. Connection... à Compiègne et la libération du département qui fut le tout premier à recouvrer sa liberté le 11 novembre 1918 à 5h15 du matin. Le Mémorial de la Clairière et sa dalle sacrée inaugurés en 1922 en ont été le symbole.

Mais il a connu l’infortune d’accueillir Hitler pour la signature de l’Armistice dans le wagon n°2419 D, aujourd’hui détruit, le 22 juin 1940. Il a été remplacé depuis par une reconstitution et le Mémorial propose désormais une nouvelle scénographie.

De son côté, la restauration du château d’AuversLien actif dans la version « Visiteurs Inscrits » de l'article. M'inscrire. Connection... qui abritait le parcours « Voyage au temps des Impressionnistes » est terminée et propose « Vision Impressionniste » dans ses murs du XVIIe siècle.

Des jardins répartis en terrasse vers l’Oise, on admire une collection d’iris anciens, 10 pièces de broderies plantées de buis et on a, depuis la terrasse sud, une vue panoramique sur la ville d’Auvers.

Première exposition de la saison « Melancholia, art et psychiatrie au XIXe siècleLien actif dans la version « Visiteurs Inscrits » de l'article. M'inscrire. Connection... » à la Maison du Docteur Gachet jusqu’au 24 juin, n’est pas forcément facile puisqu’elle traite des maladies mentales des artistes au travers des dessins de malades et des attitudes caractéristiques de leur démence observés par le docteur Gachet, grand spécialiste de la mélancolie et précurseur d’un traitement plus humain. Cet ami des artistes était aussi un adepte de l’homéopathie.

Vous devez vous identifier pour pouvoir vous placer gratuitement ici :  M'identifier